Zoom sur la tendance des trottinettes électriques qui ont envahi les rues françaises

Dans les rues des grandes villes françaises, et notamment à Paris, les trottinettes électriques font fureur. Depuis son entrée dans l’Hexagone, ces petits engins attirent de plus en plus d’adeptes. Cela a engendré un problème de cohabitation avec les autres usagers de la route.

Une croissance spectaculaire  en France

Apparus à Paris en juin 2018, les trottinettes électriques ne cessent d’inonder chaque jour les rues françaises, parfois bien alignées sur un bout des aires piétonnes, souvent stationnées voire éparpillées n’importe où. En effet, pas moins d’une douzaine d’entreprises différentes investissant dans la fabrication de ces objets (comme Lime, Bird, Bolt, Circ, Hive, MVG & Tier, etc) ont vendu en 2019 plus de 478 000 trottinettes électriques en France, selon les chiffres émis par le cabinet Smart Mobility Lab. La plupart de ces engins circulent dans la capitale, mais les opérateurs ont aussi ciblé d’autres grandes agglomérations comme Lyon, Marseille ou Toulouse. Bon marché et à la portée d’un large profil de conducteurs, les trottinettes électriques ont connu un succès phénoménal auprès des utilisateurs. Désormais, elles envahissent la quasi-totalité du territoire Métropolitain.

Une tendance qui tourne à l’anarchie

L’utilisation des trottinettes électriques a vite posé des problèmes en tout genre de par leur nombre grandissant et leur gravité. Les utilisateurs de ces engins qui roulent aussi bien sur la route que sur les trottoirs ou dans les parcs, déstabilisent la circulation, terrorisent les automobilistes ainsi que les piétons, engendrent des insécurités routières. Sans aucune réelle règlementation au début,  le nombre de blessés suite à des accidents impliquant des trottinettes électriques est en constant accroissement. Face à cette situation critique, les autorités ne savent plus sur quel pied danser, les interdire ou les encourager ? En effet, sous un certain angle, ces engins électriques  présentent des avantages parce qu’ils sont une alternative aux voitures qui encombrent la circulation urbaine en particulier dans le centre-ville. Mais sous un autre angle, ils occupent de la place sur les trottoirs et mettent en danger les piétons.

De nouvelles règles de circulation

En pensant a priori qu’un engin roulant à 40 km/h ne représente aucun risque sur le trottoir, l’autorité française a ouvert la circulation aux trottinettes électriques sans réglementions strictes. Mais il semblerait en réalité que cela nécessite plus d’attention. En effet, pour réduire les problématiques générées par ces engins, le code de la route a enfin adopté des règles sur leurs utilisations le 25 octobre 2019. Ces règles prévoient le port obligatoire de casque, la souscription obligatoire d’une assurance,  la limitation de vitesse à 25 km/h et le port d’équipement rétro-réfléchissant durant la nuit ou par un temps créant une visibilité insuffisante. Elles interdisent désormais  la circulation  sur les trottoirs et les espaces piétons fréquentés et la circulation  à deux sur une trottinette. À cela s’ajoutent l’interdiction de conduire pour les personnes de moins de 12 ans, sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants, celle de téléphoner et celle de porter des écouteurs. Le stationnement sur les trottoirs reste autorisé  à condition de ne pas occasionner une gêne aux piétons.

Mode de transports alternatifs : focus sur une nouvelle manière de se déplacer
Comment se déplacer à vélo est devenu une mode urbaine ?